mercredi 16 septembre 2015

La trompette à roulettes

Quand la chaleur a commencé à envelopper nos paupières, j’ai trouvé une trompette à roulettes délaissée sur le sable ocre. Je lui ai proposé de me suivre et elle est venue. Nous avons grelotté ensemble sur les pavés de ces villes plus anciennes que l’Histoire oubliée.

Au passage, j’ai vu des affiches de dictatures révolues avec leurs carapaces roulantes écraser ces mêmes pavés. Dessus, des armes partout. Plus de têtes. Des prolongements de carapaces. Un bruit infernal. Des hommes et des femmes à terre. Une montagne humaine. Puis, des hommes et des femmes debout. Pas de carapace sur la tête, mais, dans les yeux, la fierté et le soulagement.

Quelques regards curieux sur ces affiches. Beaucoup de passage autour.

Ma trompette m’a emmenée ailleurs.


À la fin de l’été, elle a poussé quelques notes me demandant si tout ça, c’était vraiment si loin, et m’a éjectée. Je me suis retrouvée les deux pieds sur terre.

c'est un jazz triste qui te roule dessus

Aucun commentaire:

Publier un commentaire