mardi 29 mars 2016

Le printemps, Pâques... Tout ça, tout ça...

Je trouve que l’arrivée du printemps est toujours un peu brutale.

Un jour, je me lève. Il fait nuit.

Le lendemain, je me lève. Il fait jour. Ça fait du bien au moral.

Une semaine après, on change d'heure. Je me lève. Il fait encore plus jour. Je ne m'émerveille plus sur le bleu du ciel mais sur le violet de mes cernes révélé soudainement au grand jour alors que je ne suis même pas encore assez réveillée pour ne pas faire un bond devant la glace en apercevant mon reflet.

Il reste une chose.

Le chocolat pour oublier.

Car oui, préparer l’été, c’est aussi accepter le passage en roue libre qu’est Pâques.

Opération chasse aux œufs.

J'ai rassemblé les poulettes, lapins, poissons et tortues en chocolat des boulangeries devant lesquelles je suis passée ces derniers jours. J’ai facilement trouvé où ils se cachaient. En me dirigeant vers chez moi, j’en viens à l’évidence: aucune utilité de les disperser à nouveau car, en fin de compte, la meilleure cachette, c’est bien dans mon estomac.

Pâques ou la poulette de l'aube

La poulette de l'aube


Aucun commentaire:

Publier un commentaire