vendredi 16 mai 2014

Voyage en bateau


Je partirai d’une place publique.

Je tournerai autour du ruissellement d’une fontaine.

Je ne regarderai même pas l’offensive des lions. Depuis le temps qu’ils restent coincés dans leur bronze moulé, ils ne me font plus peur. Que leurs larmes rugissent, à ces fauves en toc ! J’ignorerai les décibels impuissants.

Je continuerai à tourner.

Je n’irai pas bien loin, et pourtant voyagerai à des miles au Nord, au Sud, à l’Est et à l’Ouest. Je ferai sortir les boussoles de leurs gonds. Elles déboulonneront leurs aiguilles, les lanceront bien haut et la ferraille fera crépiter l’atmosphère.

Que le ciel se déchire d’étoiles filantes et d’éclairs !

Allez, continuez à chercher le port, je vous prête un bateau en bois, un naufragé du goûter au Luxembourg. Suivez la poudre de lumière. Glissez devant les lions. Allez-y, dansez ! Dansez ! Evitez les feuilles mortes qui flottent, les vivantes qui ont déjà coulé. Partez conquérir le monde, les trésors à double facette. Envoyez valser dans les flots la pièce, celle qui exaucera tous vos vœux.

Sous les paupières closes, le roulis est d’or.


La fontaine aux mille lions, aux mille trésors. Mettons les voiles!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire